Le nouveau développement du tourisme de l’observation des oiseaux, en Colombie

MinCommerce, Industrie et Tourisme: “Nous voulons être n ° 1 dans l’observation des oiseaux”.
Dans son discours au VIe Congrès international d’observation des oiseaux «Oiseaux de
haute montagne pour les amoureux des oiseaux», qui s’est tenu à Manizales, la capitale
de Caldas (Colombie), la Ministre a indiqué que pour atteindre cet objectif, de grandes
voies d’observation des oiseaux sont entrain d’être dessinées; des Andes orientales,
occidentales et centrales; de la région de production du café et des plaines orientales.
«C’est pourquoi nous devons travailler ensemble dans la même direction, en développant un tourisme de qualité, responsable et durable qui nous permet de profiter du plein potentiel d’une nature riche et unique comme la nôtre.»

Pour le démarrage des routes d’observation des oiseaux dans la région de production du
café et Arauca, le Ministère a approuvé des projets d’infrastructure touristique pour plus
de 1’400 millions de dollars de travaux, dans la Serranía Alto del Nudo, à Dosquebradas
(Risaralda) – où ils construiront quatre belvédères – et dans la municipalité de Tame
(Arauca) où des sentiers pour l’observation des oiseaux seront construits.

Nous travaillons également à la création de ‘clubs de produits’, composés d’opérateurs
locaux, de fournisseurs de services, de guides, d’offices du tourisme régionaux, de parcs
nationaux, d’universités et d’entités gouvernementales dont l’objectif est de contribuer à
la conservation des espèces d’oiseaux, des écosystèmes, développer le tourisme
ornithologique et le promouvoir.
Le gouvernement investit aussi des ressources importantes dans le tourisme de nature, à
travers plus de 15 projets dans 10 départements: Amazonas, Santander, San Andrés et
Providencia, Meta, Vichada, Chocó, Valle del Cauca, Risaralda, Arauca et Bolívar. À cet
égard, la Ministre a affirmé qu’il existe déjà des clubs dans le paysage culturel du café,
Magdalena, Tolima et Cundinamarca et nous travaillons à consolider les clubs Antioquia et Casanare.
Puisque les exigences de l’observation des oiseaux rendent indispensable la formation de
ceux qui se consacrent à cette activité, le Ministère a publié la Résolution 823 afin que
les ornithologues et les biologistes puissent faire l’homologation de la formation de guide
avec le SENA en seulement six mois. De plus, les guides peuvent suivre des cours en
ligne via la plate-forme «Anglais pour le tourisme» et une formation en face-à-face avec
des formateurs autochtones afin qu’ils maîtrisent l’anglais.

Avec le soutien du Programme de transformation productive du PTP, le Guide des bonnes
pratiques pour l’observation des oiseaux en Colombie a été établi; où les paramètres sont
établis pour mener cette pratique avec la rigueur requise et dans les normes
internationales de qualité et de durabilité que nous souhaitons imposer au tourisme dans le pays.
La Ministre a souligné que grâce à la fin du conflit ce type de touristes peut maintenant
atteindre des zones auparavant impensables, où le tourisme d’ observation des oiseaux
améliorera l’économie des zones dites les plus touchées par le conflit, ZOMAC. “En tant
que ministère, nous avons identifié de grandes opportunités pour stimuler
l’investissement privé dans ces domaines, promouvoir la création de nouvelles
entreprises et la formalisation des petites entreprises, en profitant des avantages fiscaux
qui seront accordés à ceux qui y investissent.” Dans ces régions reculées, des travaux
sont également en cours pour promouvoir la formation et la formalisation des entreprises touristiques et la formation des guides.

L’observation des oiseaux permet de stimuler les sens et une communion avec la nature,
à travers l’observation et l’identification des oiseaux dans leur habitat naturel. La
Colombie est le pays avec la plus grande diversité d’oiseaux dans le monde, il y a 1.921
espèces d’oiseaux – qui représentent 20 pour cent des espèces existantes sur la planète –
dont 79 sont endémiques, c’est-à-dire qu’elles ne se trouvent naturellement que dans le
territoire colombien; 193, presque endémiques et 139, considéré comme menacées ou
menacé d’extinction.
Ainsi, il y a un grand potentiel dans ce pays pour l’observation des oiseaux. La fin du
conflit armé et la promotion de l’écotourisme peuvent aider à positionner la Colombie
comme l’une des destinations les plus importantes pour les observateurs d’oiseaux du
monde entier. Le tourisme d’observation des oiseaux est déjà développé dans quelques
pays; et il y a des milliers d’observateurs d’oiseaux et de nature qui voyagent chaque
année, et disposés à dépenser de l’argent pour leur passion. (information officielle dans le lien suivant) -avistamiento de aves = observation des oiseaux-

http://www.mincit.gov.co/publicaciones/39389/mincomercio_queremos_ser_no1_en_avistamiento_de_aves
https://www.youtube.com/watch?time_continue=61&v=_KKz9wkikBc >Colombia, el pais de las Aves

Auteur: Jean Philip

Advertisements

Les Jeux Bolivariens 2017, plus qu’un simple événement sportif

Officiellement les XVIII Jeux bolivariens sont un événement international multisports.
Il aura lieu du 11 au 25 novembre 2017 à Santa Marta (Magdalena), Colombie. Ils auront
aussi comme siège, Ciénaga et Aracataca; à Cali, il y aura quatre disciplines (cyclisme sur
piste, golf, bowling et tir sportif), et à Bogota, deux (équitation et ski nautique).
11 pays participeront: la Bolivie, le Chili, l’Équateur, le Panama, le Pérou, le Venezuela et
la Colombie. La République Dominicaine, El Salvador, Guatemala, Paraguay, en tant que
pays invités. Quelques 46 sports en compétition. Environ 3480 athlètes; plus les
entraîneurs et les officiels. 40 000 timbres commémoratifs seront mis en circulation pour
les Jeux, le 11 novembre.

Les Jeux sportifs bolivariens ont été créés pour honorer le héros vénézuélien Simón
Bolívar, libérateur de l’actuelle Bolivie, Colombie, Équateur, Panama, Pérou et Venezuela.
Sa première édition a eu lieu en 1938, lors du quatrième centenaire de la fondation de
Bogotá. Les Jeux bolivariens se déroulent tous les quatre ans et dépendent de
l’Organisation sportive bolivarienne qui, à son tour, fait partie de l’Organisation sportive
panaméricaine (PASO), une filiale du Comité international olympique. C’est précisément
aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936 que les représentants de la Colombie ont soulevé
l’idée d’organiser des jeux régionaux qui uniraient les pays bolivariens.

La Colombie, actuelle championne des Jeux bolivariens et qui a remporté pour la
première fois dans l’histoire le titre à Trujillo 2013, espère défendre la couronne. Il aura
une équipe de 690 athlètes, dont 320 femmes; parmi eux le monde et les champions
olympiques.

Le nouveau stade de football Eduardo Santos sera situé dans le village sportif bolivarien
de la région de Bureche et aura les caractéristiques de la FIFA. Sa capacité sera d’environ
30 000 personnes et servira à accueillir des événements non seulement pour le
championnat local, mais aussi pour d’autres événements tels que des qualificatifs et des
concentrations de sélections Colombie. L’arène des événements sera la scène pour les
sports de combat et d’autres pendant les jeux bolivariens, par exemple: TAEKWONDO, la
boxe, le karaté, la gymnastique, l’haltérophilie.

Le maire de Santa Marta a declare “que les joutes seront un élément important pour le
tourisme et le développement de la ville. Il a même souligné que contrairement à ce qui
s’est passé dans certaines villes, où des investissements importants ont été faits pour
des événements sportifs puis abandonnés, à Santa Marta, il y a un projet pour
promouvoir et pérenniser le développement de diverses disciplines sportives. ”

Le président de la République Juan Manuel Santos a remis le drapeau national à la
délégation colombienne le 2 novembre. Cette cérémonie a eu lieu à la Casa de Nariño; un
groupe d’athlètes, d’entraîneurs et de gestionnaires a accompagné Fabiana Arias,
patineuse, pour prendre le pavillon national. Le médaillé d’argent olympique, en boxe,
l’Antioquia Yuberjen Martinez sera le porte-drapeau de la Colombie lors de la cérémonie
d’ouverture de ces Jeux.

Le président Santos a affirmé que «le sport est quelque chose qui unit les Colombiens, à
un moment où nous en avons besoin, parce que quand nous voyons nos athlètes, il n’y a
pas de couleur politique, il n’y a pas de différences et nous nous unissons tous. Par
conséquent, maintenant dans ces Jeux bolivariens, les athlètes ont une nouvelle
responsabilité et l’honneur d’être un symbole de l’union et de l’amélioration de tous les
Colombiens “.

Le flambeau fera le tour des villes de Bogota, Cali, Carthagène, Barranquilla, Ciénaga et
Santa Marta. C’est la première fois dans l’histoire que le feu bolivarien quitte le lieu de
naissance du libérateur Simon Bolivar, à Caracas, pour atteindre la ville de sa mort, à
Santa Marta, en décembre 1830.

La mascotte de ces jeux est Ajaytuké, un oursin. La raison derrière le choix de l’animal
par l’organisateur est de transmettre le message pour protéger les animaux et les récifs
coralliens.

Cet événement confirme le potentiel d’organisation d’événements internationaux en
Colombie, et à Santa Marta en particulier. Et la capacité des infrastructures dans
l’hôtellerie, le tourisme et le sport, à accueillir autant de participants et de visiteurs en
même temps. Il confirme également que La Paix est bien présente, avec des conditions
de sécurité adéquates pour assurer le succès de cet événement international multisports,
le plus important de l’histoire de la ville. Nous avons le coeur ouvert pour vous recevoir; n‘hésitez pas à nous rendre visite, vous ne le regretterez pas.

Oui, la Colombie est dans la voie de «TOUT POUR UN NOUVEAU PAYS, PAIX, ÉQUITÉ, ÉDUCATION»

https://www.juegosbolivarianos2017.com

 

 

logo-2017 Juegos Bol.

view SM

Santa Marta

Ajaytuke